Immobilier : quel est le bilan pour l’année 2017 ?

En immobilier, les années se suivent et ne se ressemblent pas. Pour des temps difficiles et des secteurs de l’immobilier et de la construction en berne, 2016, ses taux d’emprunt immobilier historiquement bas, l’élargissement des nouveaux dispositifs d’aide à l’achat (PTZ, loi Pinel…) ont permis au paysage immobilier de reprendre des couleurs. Malgré les craintes d’une remontée des taux de crédit en 2017, le mouvement a finalement été relativement limité, enregistrant même une nouvelle baisse sur 10, 15 ou 20 ans durant le dernier trimestre. Ainsi, l’année 2017 s’affirme finalement comme un très bon cru pour les professionnels de l’immobilier.

Progression sur l’ensemble des tableaux immobiliers

Dès la fin du 1er semestre 2017, les experts tablaient déjà sur une très bonne année. Le résultat est au-delà de leurs espérances puisqu’on s’attend à comptabiliser quelques 960 000 ventes dans l’ancien en 2017 contre 850 000 en 2016, soit une progression du volume de vente de près de 13%.

Plus que le neuf, c’est particulièrement le marché de l’ancien qui a permis de redynamiser le secteur. En effet, le marché des logements neufs quant à lui se stabilisent par rapport à 2017, soit toujours 10% de mise en chantier de plus qu’en 2015.

Immobilier quel est bilan pour l’année 2017

Regain d’activité pour le secteur de la construction

Néanmoins, le Ministère de la Cohésion des Territoires a dévoilé récemment le chiffre des permis de construire qui, d’octobre 2016 à octobre 2017, s’établit à 503 700, soit 12,7% de plus en un an. En la matière, c’est la construction de maison qui porte l’immobilier neuf, avec une progression de 15,7% contre +5,1% pour les logements individuels regroupés. Enfin, quelques 418 000 logements neufs ont été mis en chantier durant cette période, avec une progression de 14,3% pour le logement individuel.

De bons résultats pour le financement immobilier

Pour répondre à l’ensemble des demandes enregistrées, le nombre de demande de crédit immobilier a également été particulièrement élevé, malgré des médias bien moins enclins à évoquer l’actualité des taux comme ils avaient pu le faire en 2016. Au-delà du nombre d’emprunts validé, le montant total des sommes empruntés est en hausse. De bons résultats donc pour les établissement financeurs et les courtiers en crédit immobilier.

Des prix en hausse

Le principal moteur de la reprise immobilière a évidemment été les taux d’emprunt particulièrement attractif qui, associés au PTZ et au dispositif Pinel ont permis le retour en force des primo-accédants sur le marché immobilier.

Mais la reprise immobilière se traduit également par une remontée, voire, selon la géographique, une flambée des prix dans l’immobilier. Bourges, Bordeaux et, sans surprise, Paris enregistrent les plus fortes progressions. A l’échelle de la France, cette hausse atteint les 5% pour les appartements et 3% pour les maisons anciennes.

De fait, cette remontée des prix dans les zones les plus tendues grève le budget des acheteurs qui pour certains se voient contraints à faire des concessions en voyant moins grand notamment.

Quelles prévisions pour l’immobilier en 2018 ?

Dors et déjà, les professionnels de l’immobilier tentent de se projet sur l’année 2018, une année qu’ils envisagent dynamique, mais néanmoins plus calme que 2017. Les mois à venir nous diront ce qu’il en sera.